Effrayé, un gardien quitte son poste

Le 21 novembre 1973 vers 22 h 30, deux ovnis évoluent au-dessus puis à l’intérieur de la carrière à Joliette. L’un d’eux y atterrit. Le gardien de nuit d’alors, effrayé par cette expérience s’est depuis, trouvé du travail ailleurs.

La nuit du 21 au 22 novembre 1973 a été baptisée « Nuit mémorable » par les ufologues de l’organisme UFO-Québec, car ils avaient reçu cette nuit-là un nombre anormalement élevé de rapports d’observations ovnis. Ces observations eurent eu lieu notamment sur la Rive-Sud, dans la région de Montréal, mais également dans la grande région de Joliette. Pour s’en faire une idée, mentionnons quelques exemples régionaux :

  • 18 h 00 : à mi-chemin entre Berthierville et Joliette, un objet d’environ deux pieds de diamètre « laisse tomber des étincelles »;
  • 19 h 00 : plusieurs boules lumineuses en formation sont aperçues au-dessus de Notre-Dame-des-Prairies;
  • 19 h 05 : même phénomène observé à plusieurs reprises à Sainte-Mélanie, près de Joliette;
  • 02 h 00 : près de Joliette, un humanoïde d’une stature d’environ quatre pieds a été vu à 6 pieds de distance;

Tardif, Germain. « Une nuit agitée sur Montréal », La Presse, mardi 12 août 1975. p. A8.

Dans cette énumération, l’histoire de l’humanoïde que nous avons déjà eu la chance d’évoquer dans un article précédent (la fameuse créature de madame J.P.) n’aura donc pas été le seul événement de nature ufologique cette nuit-là, mais une autre histoire, toute aussi fascinante, vient également s’insérer dans cette chronologie. Dans l’article de La Presse de 1975, le journaliste l’évoque de la manière suivante :

« [Vers] 22 h 30, deux ovnis évoluent au-dessus puis à l’intérieur de la carrière Crabtree, à Joliette. L’un d’eux y atterrit. Le gardien de nuit d’alors, effrayé par cette expérience et qui a connu d’autres aventures du même genre à cet endroit, s’est depuis, trouvé du travail ailleurs. »

Cet événement aurait pu passer inaperçu et se fondre parmi les autres témoignages des travailleurs de la carrière comme un incident de plus faisant état des lumières déjà observées, à la différence que cette fois-ci, le témoin a pris peur et a décidé de partir pour ne plus y revenir. Mais cette histoire ne dit pas tout…

Mais qu’a donc vu ce gardien?

Un premier témoin m’a contacté par courriel (il n’a pas souhaité être identifié) pour m’indiquer que le gardien était un voisin qui habitait derrière chez-lui lorsqu’il était jeune. Son père avait connu ce gardien et avait entendu cette histoire au sujet d’un engin qui se serait posé dans le cratère de la carrière. Selon ses dires, il semblerait qu’il s’agissait bien d’un engin et non de simples lumières. Toutefois, l’étrangeté du cas est loin de s’arrêter ici, car un autre témoin m’a livré par courriel un peu plus de détails sur cette histoire.

« Mon père me disait que le gardien de la carrière avait observé un objet bizarre le lundi et le mardi mais c’est le mercredi qu’il aurait vu un objet atterrir dans la carrière et qu’il aurait aperçu des petits êtres sortir de l’objet en question. C’est là qu’il aurait pris ses jambes à son cou et aurait quitté les lieux. Il parait qu’il aurait été absent au travail pendant plusieurs semaines et que, à son retour, il disait à tout le monde qu’il n’avait rien vu. »
– extrait d’un courriel de Christian Champagne, 6 août 2017

Ce qu’il y a de fascinant dans ce témoignage, c’est la précision des détails, notamment le fait que l’événement principal serait survenu un mercredi (ce qui est effectivement le cas) et le fait que cela confirme, dans les grandes lignes, non seulement l’article de journal, mais également les paroles de l’autre témoin.
Toutefois, là où l’étrangeté atteint son comble, c’est lorsqu’il affirme que le gardien aurait vu de « petits êtres sortir de l’objet ». Cet élément du récit n’avait jamais été rapporté jusqu’à ce jour. Mais serait-ce l’imagination du gardien qui lui aurait joué des tours? Imaginez : vous êtes seul la nuit au fond d’une carrière, des phénomènes lumineux inexpliqués se manifestent à vos collègues depuis plusieurs jours déjà et les journaux et la radio en parlent. Comment réagiriez-vous dans les circonstances?

Pour le moment, il est difficile de se prononcer avec aussi peu de détails concernant l’observation. À quelle distance le gardien était-il? Quelle était la forme de l’objet? À quoi ressemblait les êtres? Pourquoi a-t-il fini par nier ce qu’il a vu : était-ce par peur du ridicule ou parce que, tout compte fait, il n’était plus certain de ce qu’il avait vu?

Certains y verront dans cet événement un « arrivage » (comme les ufologues d’UFO-Québec de l’époque) à mettre en relation avec la créature de madame J.P., d’autres, plus sceptiques, se diront qu’en l’absence de d’autres éléments de preuves, il est difficile de conclure quoi que ce soit, car il ne s’agirait que de rumeurs peu ou pas du tout enquêtées.

Une chose est sûre : l’histoire des ovnis de la carrière de Joliette est loin d’avoir révélée tous ses mystères, et elle est tout, sauf inintéressante….

Auteur : Jonathan

Jonathan Laporte est originaire de la région de Lanaudière. Il s'intéresse tout particulièrement à l'histoire locale, aux parasciences et aux anomalies scientifiques. En savoir plus.

Laisser un commentaire